Partenaires

dimanche 15 janvier 2012

Critique du film "Transmorphers : Robots invasion"

Attention ! Cette critique peut contenir des spoilers !



Amis et amies du Z, vous allez être gâtés ! Car, pas plus tard que la semaine dernière, la suite de "Transmorphers", le film qui a rendu célèbre la firme "Asylum"  a enfin débarqué en DVD dans nos magasins belges et français !
Bien évidemment, nous sommes allés en profiter et, bonne surprise, la jaquette est toujours aussi belle (bien qu'on dirait une pochette pour dessin animé), mais le film existe également en Blu-ray ! 
Les deux versions bénéficient de bonus (Making-of, bêtisier, scènes coupées,...) et d'une VF. Un tel soin fait plutôt plaisir à voir, surtout si on le compare aux dernières éditions d'Emylia. 

Pour commencer cette chronique, commençons par souligner quelques détails : tout d'abord, "Robots invasion" n'est pas une suite de "Transmorphers", lequel a été retiré "Robot war" chez nous, bien que sorti plus tard. 
Il s'agit en fait d'une préquelle qui relate les évènements ayant eu lieu avant le premier film, d'où le fait que le récit ne se déroule pas dans un univers post-apocalyptique similaire au film précédent mais bel et bien dans un bled paumé au milieu de l'Amérique.
Tout commence avec une teenage lambda dont la présence est devenue traditionnelle dans n'importe quel film puisque, comme d'habitude, elle téléphone au volant et essaye de charmer le policier qui vient de la stopper. Elle ressortira de cette confrontation indemne mais, ne vous en faites pas, cela ne durera pas longtemps puisque son gsm va aussitôt se "transmorpher" (comme ils disent dans le film, si si !) et lui trouer le crâne.
Aussitôt, l'intrigue est dévoilée : les machines ont décidé de se rebeller et vont se transmorpher en robots tueurs afin d'annihiler l'humanité et prendre contrôle de la planète entière !
Ainsi, une parabole deviendra un drone prédateur et une voiture leur élite de reconnaissance, chargée d'envoyer un signal pour lancer l'attaque car, bien entendu, la menace vient de l'espace et un GPS annoncera à un conducteur qu'il va mourir, de quoi réjouir les amateurs du genre et faire gueuler ceux qui arrivent encore à prendre ces films au premier degré (ils doivent être masochistes)...


Hélas, ce carnage joyeusement débile ne durera pas longtemps... En effet, si le premier acte se montre généreux en effets spéciaux et en CGIs dont certains se révèlent plutôt efficaces, les deux derniers manquent de rythme et s'avèrent nettement moins osés ou inspirés. L'absence des robots se fait sentir et ceux-ci n'apparaissent finalement que l'espace de quelques secondes. Les personnages n'aideront pas non plus et on a un peu de mal à s'attacher à eux car le casting joue en général très mal : le plus sympathique d'entre eux étant Bruce Boxleitner dont le personnage décède, justement, à la fin du premier acte.
Malgré la soudaine baisse de rythme et de crédibilité intervenant dès le début du deuxième acte, le film conserve quand même quelques scènes tant sympathiques qu'absurdes comme un pacemaker qui se transmorphe ou la poursuite d'une voiture par un robot planant dans les airs.

Au final, ce qui rend le dernier acte de "Robots invasion" gênant, c'est sans doute le manque trop évident de moyens : nous n'apprendrons que les robots ont pris contrôle de l'essentiel de l'Amérique au détour d'un dialogue car la seule ville que l'on verra détruite est celle de nos héros lors de l'arrivée des robots. 
De plus, dans le même ordre d'idées, trop de dialogues tendent à expliquer ce qu'ils ne savaient pas montrer à l'écran tant le budget étant minime : les robots adaptant l'eau pour qu'elle leur permette de vivre, la forteresse qui était infestée de robots un jour mais qui est vide l'autre car ils sont tous partis à la recherche des rebelles, etc... Et l'explosion finale est très timide, le bâtiment ne s'effondrant pas...

Même si "Robots invasion" est loin d'être une des meilleures productions Asylum, la faute à un manque de moyens beaucoup trop évident qui transparaît dans les dialogues et des acteurs pas terribles qui nuisent au rythme, certains aspects peuvent être appréciés comme le côté légèrement pessimiste du deuxième acte, les attaques des robots franchement sympathiques et parfois drôles ou encore la musique de Chris Ridenhour, toujours aussi honnête.
Mais si il faut regarder "Robots invasion", ce ne serait vraiment que pour le premier acte, vraiment distrayant du fait de la présence de Bruce Boxleitner , de nombreuses attaques de robots et d'explosions douteuses, symptomatiques de ce que Asylum peut faire de mieux en matière de science-fiction à la Z...



On a aimé :
•Le premier acte vraiment généreux
•Bruce Boxleitner 
•Les robots géants et leurs vicieux homologues GPS, GSM et pacemaker
•Des effets spéciaux pas trop ratés
•La bande-son de Chris Ridenhour, toujours aussi agréable
•Comme toujours, beaucoup de fun
•Une édition DVD et Blu-ray soignée

On a moins aimé : 
•Des acteurs assez mauvais
•Le ryhtme qui s'essouffle dès le deuxième acte
•Un aspect cheap gênant
•Des transitions maladroites   




En bonus, une preview de la transmorphation du GSM :










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire