Partenaires

jeudi 5 janvier 2012

Critique du film "Sherlock Holmes : les mystères de Londres"

Attention ! Cette critique peut contenir des spoilers !




"Sherlock holmes 2 : un jeu d'ombres" vient de sortir en salles. Du moins, chez les Belges qui semblent plutôt avantagés par rapport à la France qui devra attendre le 25 janvier... Toujours est-il que, même si le film est excellent, là n'est pas la question.
En effet, nous sommes là pour parler du film "Sherlock Holmes" version série Z que nous ont concocté les rigolos de chez Asylum, sorti quelques semaines avant le premier opus de Guy Ritchie (et celle de la, paraît-il, horrible adaptation d'Adèle Blanc-sec).
Cependant, il existe tellement de films et de versions alternatives de Sherlock Holmes que le film de Asylum est, en quelque sorte, considéré comme un film tout à fait à part.
Hélas, cela n'empêche pas à plusieurs internautes mal lunés de le montrer du doigt, criant au blasphème à la vue d'un dinosaure attaquant Londres. D'autres iraient même jusqu'à dire que Sir Arthur Conan Doyle doit se retourner dans sa tombe à l'heure qu'il est et que les réalisateurs n'ont sûrement jamais lu ses bouquins.

Eh bien là, franchement, on ne manque pas de ressources pour les contredire car "Sherlock Holmes : les mystères de Londres" est une double adaptation de Conan Doyle, lequel avait également écrit des nouvelles de science-fiction dans le même genre que celles de Jules Verne avant de créer le personnage de Sherlock Holmes.
Cependant, même s'il tente peu à peu de justifier ses propos absurdes au fur et à mesure que le film avance, l'intrigue reste particulièrement naïve : le dinosaure semble avoir des talents de ninja car il peut débarquer dans Londres où il veut sans semer la confusion ou le chaos dans les rues.
Dans le même ordre d'idées, le pourquoi du comment de la venue de ces monstres semble assez confus ou peu crédible : les tentacules devaient ramener l'or des impôts que contenait le bateau afin de corrompre un fabriquant de cuir et construire un dinosaure qui devait se charger de récupérer des pièces (comme la pompe d'une fontaine à eau) afin de construire un dragon-robot géant pendant que son créateur paraplégique, dont l'identité nous sera révélée dans un twist à la star wars, se construisait une armure à la vapeur afin de pouvoir marcher et bouger à nouveau pour mettre son plan à exécution. Lequel est de détruire Londres car, comme dans tous les films, Londres est une ville bourrée de psychopathes et qui mérite à chaque fois d'être détruite.
On a du mal à définir si cette intrigue est vraisemblable ou pas. Au final, on finit bien par conclure que le méchant aime se compliquer la vie et qu'après-tout, de la part d'un gars qui arrive à construire des dinosaures ninjas et à raccorder sa myéline à son armure tout seul, plus rien ne nous étonnera par la suite...
Pour ce qui est du reste, si certains rudiments sont respectés (la résidence au 221b baker street, la tabatière dont Sherlock ne se sépare jamais), quelques libertés ayant été prises par rapport à l'oeuvre originale sont plutôt gênantes (le frère de Holmes est mince ! Vous le croyez ça ?).



En ce qui concerne Holmes lui-même, il ressemble davantage à l'inspecteur idéalisé qu'il est devenu avec le temps que le toxicomane qu'il était dans l'oeuvre originale. Mais vu le ton bon-enfant et naïf du film, on ne va pas vraiment se plaindre : Ben Syder (dont c'est le premier rôle dans un long-métrage) joue plutôt bien le jeu et nous livre un Sherlock Holmes enthousiaste qui aurait pu faire les experts Manhattan à lui tout seul car ses déductions sont à chaque fois rapides et irréfutables.
Ce qui est amusant, c'est que le film s'en moque un peu : au tout début, Watson, n'ayant même pas eu le temps de commencer son autopsie, se fait doubler par Holmes qui nous livre un diagnostic complet en se basant uniquement sur l'état visuel du cadavre, ce qui a pour effet de faire dire au cher docteur "Je me demande des fois pourquoi j'ai fait sept années de médecine..." !
C'est pareil dans la scène où ils se promènent dans Hyde Park (qui est une forêt sombre et impénétrable dans ce film) et que Sherlock se met à observer la pompe à eau avec méticulosité. Waston s'exclame : "Allons Holmes ! Ne voyez pas des indices partout !".
D'ailleurs, fort heureusement, Watson n'est pas stupide et Gareth David-Lloyd (oui oui, c'est Ianto Jones) nous livre une interprétation plutôt convaincante du personnage, étant également moins bellâtre que Jude Law dans le film de Guy Ritchie.
Le reste du casting est, par contre, totalement transparent. Le reste des personnages, à part Lestrade, interprété par William Huw (que l'on retrouve dans d'autres productions Asylum), et le frère de Holmes (Dominic Keating en l'occurrence), ne sont que des figurants ou des personnages très secondaires.

Absurde mais jamais ennuyeux, "Sherlock Holmes : les mystères de Londres" est une très sympathique série Z qui vous fera passer un bon moment pour le peu que vous le preniez pour ce qu'il est : un film aux ambitions de blockbuster n'ayant pas peur de son manque de moyens évident et l'absurdité de ses propos. D'autant plus que, étant muni d'un casting plutôt sympathique, tout cela rend le film nettement plus agréable que de nombreux navets ayant peur du ridicule et de leur manque de budget, une telle générosité de la part des films Asylum rend leur film assez regardable.



On a aimé :
Une réalisation honnête
•Un casting assez sympathique
•Un scénario naïf mais original et amusant de par son absurdité
•Le combat final entre un dragon et une montgolfière équipée de mitrailleuses !
•Une bande-son épique.
•Du fun de bout en bout et un ennui inexistant
•Quelques bonnes répliques 

On a moins aimé :
•Quelques incohérences
•Quelques libertés prises par rapport à l'oeuvre originale assez gênantes
•Une édition dvd minimaliste 
•Des situations et déductions parfois peu crédibles

Une édition allemande en Blu-ray et en 3D. Quels veinards ces mangeurs de choucroute !

En bonus; une preview des effets spéciaux du combat final :



1 commentaire:

  1. J'ai bien réfléchi, le dinosaure est un jeune nanotyrannus, la taille et la forme ne font aucun doute, sans compté son agilité et sa rapidité. Sinon très bon film et se fut fort amusant, à voir avec des amis.

    RépondreSupprimer